David Rousseau est un auteur parisien en mal d’inspiration, pressé par son éditrice de trouver une nouvelle idée. Il se rend dans le village le plus perdu qui soit de Franche-Comté, où il ne se passe jamais rien, pour recevoir un héritage. Pourtant à son arrivée, la routine de ce « charmant » hameau est bousculée par le meurtre de la starlette locale : Candice Lecoeur, qui ressemble de façon troublante à Marilyn Monroe.

Le film mélange habilement le polar et la comédie. En effet, il est constitué d’une intrigue solide avec de nombreux rebondissements suivant le déroulement de l’enquête, mais aussi comportant des situations et des personnages pittoresques vraiment drôles (la coiffeuse, le président de région, le flic incompétent, le jeune homme instable, etc..).

Le film comporte également des côtés romantiques. Ce qui peut être troublant car tout se passe entre l’écrivain (Jean-Paul Rouve) et la défunte starlette (Sophie Quinton). Cela instaure un rapport particulier et quasiment surnaturel entre les deux personnages et fait prendre de la profondeur et de l’intérêt au film. De plus, ce mélange des styles apporte vraiment quelque chose de novateur. On est vraiment intrigué et surpris par les nombreux changements de rythme et de style.

Cependant, le film est loin d’être un chef d’oeuvre. Il est amusant et divertissant tout en s’imprégnant de l’isolement et de la beauté de son décor naturel (Franche-Comté). Un film qui sort des sentiers battus et qui est magistralement interprété par Jean-Paul Rouve (dont je suis un inconditionnel), ce qui permet d’entrer dans l’intimité du personnage.

Les autres acteurs sont tous convaincants, la photographie est particulièrement réussie et l’on peut aussi souligner la finesse de la réalisation.

En bref, un film agréable, qui nous immerge facilement dans l’histoire et parvient à nous surprendre même s’il est peut-être parfois un peu fleur bleue.

Poupoupidou

De : Gérald Hustache-Mathieu

Avec : Jean-Paul Rouve, Sophie Quinton, Guillaume Gouix

Distribution : Diaphana distribution

Sortie en salle : 26 janvier 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*