« Rien à déclarer » n’est pas seulement le titre du deuxième film de Dany Boon en tant que réalisateur, après le grand succès de « Bienvenue chez les Ch’tis », ce pourrait aussi être la phrase utilisable pour juger cette comédie, puisque, comme les voyageurs qui ne transportent pas de biens particuliers, elle ne possède pas de caractéristiques spéciales pour qu’on s’en rappelle avec plaisir d’ici une dizaine d’années, voire moins.

Et pourtant, « Rien à déclarer » marche un peu mieux que « Bienvenue chez les Ch’tis »: tandis que ce dernier était limité, notamment pour les ventes à l’étranger, par des blagues linguistiques incompréhensibles pour les non-francophones, le nouveau film de Boon, dont l’action se déroule pendant la suppression des frontières franco-belges il y a une vingtaine d’années, s’appuie sur un autre type de comédie. Certes, il y a deux moments où Boon, qui joue aussi le douanier français, fait une imitation – pénible, bien entendu – de l’accent belge, mais pour le reste le scénario suit la structure classique du buddy movie à l’américaine. Et c’est là que « Rien à déclarer » trouve sa force, car l’autre moitié de ce couple étrange de douaniers est un belge nationaliste qui déteste tout ce qui a à voir avec les « camemberts », et Benoît Poelvoorde s’amuse visiblement avec ce personnage sympathique malgré tout. Sa présence justifie toute seule l’achat du billet, pour ce qui, en gros, est une comédie amusante mais assez basique.

Rien à déclarer

De Dany Boon

Avec Dany Boon, Benoît Poelvoorde, Julie Bernard, Karin Viard, François Damiens

Distribution: Pathé

Sortie le 02/02/11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*