« The Hunter », dernier long du discret Rafi Pitts – cinéaste acclamé et figure éminente de la très en vogue « nouvelle vague iranienne » – surprend avant tout par son extrême dépouillement. Tout semble en effet y affleurer sans jamais faire surface, et la retenue affichée, tant sur le plan esthétique que sur le visage des protagonistes, règne ici sans partage. De là à dire que l’émotion peine à filtrer, il n’y a qu’un petit pas, que l’on se refusera néanmoins à franchir tant on devine que le film cache quelque chose de bien plus intrigant sous son aspect plus qu’austère.

Ali, la quarantaine, tente de concilier comme il le peut son travail de nuit et une vie de famille qu’il sent lui échapper malgré ses efforts pour être plus présent. Passionné de chasse, il se réfugie en forêt à chaque fois qu’il le peut pour échapper à ses tracas. Mais lorsque sa famille disparaît tragiquement dans un affrontement entre policiers et manifestants, Ali franchit la ligne qui le séparait jusqu’alors de la folie. Ayant abattu de sang-froid deux officiers, il est finalement arrêté par deux autres policiers au beau milieu d’une forêt sinistre. La tension qui s’instaure dès lors entre ces trois protagonistes perdus dans les bois brumeux va se révéler le catalyseur des frustrations et autres démons que chacun tente de dissimuler tant bien que mal, le rôle du chasseur et celui du chassé finissant par se fondre l’un dans l’autre de manière imperceptible.

Sous des abords de drame familial aux relents de thriller, « The Hunter » cache une profonde réflexion sur la famille et la fragilité des êtres confrontés aux failles d’une société inégale et bureaucratique. Dommage que cette réflexion ne prenne pas un chemin plus éclairé, puisqu’elle s’étiole au fur et à mesure que nos personnages s’enfoncent dans les bois.

The Hunter (Shekarchi)

De et avec Rafi Pitts

Avec aussi Mitra Hajjar, Malek Jahan Khazai

Trigon

Sortie le 02/03/2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*