De : Nadine Labaki

Avec : Layla Hakim, Nadine Labaki, etc…

Sortie en salle : 14 septembre 2011

Distribution : Pathé Films AG

 

Dans un village isolé du Liban, la paix règne entre les chrétiens et les musulmans, jusqu’au jour où deux jeunes gens décident d’installer un poste de télévision pour montrer des films aux habitants. Le téléviseur sera l’élément déclencheur qui conduira à un conflit important entre les deux confessions. Les femmes vont alors prendre les choses en main et tout mettre en œuvre pour réconcilier le village.

Pour son deuxième film, la réalisatrice et aussi actrice Nadine Labaki soulève des problèmes extrêmement sensibles tels que la cohabitation entre les religions ou le rôle de l’information télévisée. Malheureusement, si l’idée de départ est bonne, la réalisatrice ne parvient à aucun moment à l’exploiter pleinement et se perd en détours inutiles qui ne font que rallonger le film. J’ai trouvé, pour ma part, un côté féministe au film qui ne m’a pas plu; en effet, les femmes sont d’intelligentes diplomates tandis que les hommes sont stupides et toujours prêts à se battre. Même s’il s’agit d’une image, les rapports homme/femme sont emprunts de lourdeur qui vont presque jusqu’à la caricature.

La photographie est de bonne qualité, car elle met en valeur le paysage désertique et le petit village. Les acteurs personnalisent leurs rôles, ce qui donnent à l’écran l’impression d’une vraie population qui vit et survit dans l’adversité (tant géographique que morale).

Même s’il part d’une bonne intention, le résultat est maladroit de par sa longueur et de par une certaine naïveté. Les sujets traités comme la religion, la guerre ou l’amitié sont importants, mais dans ce film ils ne sont qu’effleurés. En bref, un film qui n’est pas sans saveur, mais qui laisse la désagréable impression de ne pas avoir utilisé son plein potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*