« Tinker, Tailor, Soldier, Spy » qui, pendant les années de la guerre froide, nous montre la tentative du chef des services secrets britanniques George Smiley (Gary Oldman) de dénicher une soi-disant « taupe » soviétique. La pellicule a été présentée dans le concours international, lors du dernier Festival de Venise.

Par le fameux bouquin « Tinker, Tailor, Soldier, Spy » (1974) de John Le Carré, le suédois Tomas Alfredson tire un film exemplaire, après le bien mérité succès critique et publique de son « faux » film de vampires « Let the Right One In » (2008). En effet, le « Tinker » d’Alfredson est emblématique aussi bien du genre – en suivant le sillage de la série télé BBC de 1979 avec Alec Guinness – que d’une certaine contre-tendance par rapport à la majorité des films de genre contemporain venant des pays anglo-saxons : le rythme lent du récit où l’on voit des personnages qui attendent plutôt que des scènes d’action. Par ailleurs, il est intéressant d’observer comment le film devient emblématique d’un certain art de la mise en scène : la main froide du metteur en scène Alfredson, tout en gardant son invisibilité, se retrouve dans une relation limpide avec la froideur et l’ambiguïté des mouvements de Smiley.

L’autre pilier révélateur du film est surement le casting de comédiens, tous anglais, provenant de cette tradition dramatique très forte et surtout inimitable. Sans vouloir toutefois oublier le reste, Gary Oldman et Mark Strong, ce dernier toujours secondaire (!), sont éclatants. Et c’est bien Oldman qui, tout au long des deux heures, nous fait plaisamment oublier la fameuse réplique : « The name’s Bond… James Bond ».

 

« Tinker, Tailor, Soldier, Spy » (La Taupe)

de Tomas Alfredson

avec Gary Oldman, Colin Firth, John Hurt, Simon McBurney, Tom Hardy, Mark Strong.

Ascot Elite

Sortie le 08/02/12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*