Vous n’avez encore rien vu.

A la mort d’Antoine d’Anthac le grand metteur en scène, tous les comédiens qu’il a dirigé pour sa pièce Eurydice  sont appelés pour procéder à l’ouverture de son testament. Ils se retrouvent donc dans une vieille maison, où les accueille un majordome mystérieux et malicieux.

La vraie magie de ce film vient de son côté surprenant et de l’innovation cinémato-théâtrale développée par Alain Resnais. Ceci est d’autant plus impressionnant quand on sait que son réalisateur (homme génial s’il en est) a fêté ses 90 ans. Contrairement à d’autres réalisateurs (Eastwood, Blier, etc), son âge n’interfère que peu dans le sujet traité (on se rappelle de son très réussi Les herbes folles).  Pourtant, par plusieurs aspects, cette réalisation possède le poids d’un film testament. On sent en effet que le choix de traiter de façon si intime les thèmes de la mort et de l’espoir (l’histoire principale est constituée par la pièce Eurydice), ainsi que de rassembler ses acteurs fétiches marque une sorte d’achèvement. Si l’on comprend le film comme un adieu de Resnais, il n’en devient que plus touchant.

Pour en revenir au film lui-même, il s’agit d’une pièce de théâtre joué par plusieurs générations d’acteurs en simultané. Dans cette poignante déclaration d’amour au théâtre (et au cinéma), Resnais ne tombe pas dans le piège de capter simplement la pièce avec une caméra fixe. Les changements de décors et de comédiens, ainsi qu’une grande mobilité de la caméra empêche de tomber dans la bête retranscription d’une pièce.

Les acteurs (comédiens devrais-je dire) éblouissent par leur talent et leur justesse. En outre, la musique choisie est un régal auditif tant elle semble avoir été choisie avec minutie et intelligence.

En bref, Alain Resnais parvient à créer une ambiance particulière qui permet de (re)découvrir la pièce Eurydice. Cependant, malgré toute l’intelligence du réalisateur, le cinéma ne peut complétement remplacer les planches. On peut d’ailleurs se demander si les quelques moments de grâce  du film ne tiennent pas d’avantage à l’art théâtral qu’à l’art cinématographique.

Malgré ses airs de film testament, on souhaite ardemment que M. Resnais continue à nous en faire voir !

D’Alain Resnais

Avec Mathieu Amalric, Pierre Arditi, Sabine Azéma, etc…

Sortie en salle : 26.09.2012

Distribution : Studiocanal

Leave a Reply