« A Dangerous Method », le film le plus attendu de la sélection vénitienne « 68 »,  résultat d’un admirable travail par le directeur artistique Marco Müller et ses collaborateurs. Néanmoins, ce long-métrage a laissé un peu (trop) perplexes aussi bien le public que la presse. En effet, « A Dangerous Method » est un film difficile.

Cela, premièrement à cause de sa thématique : l’esprit, ou bien, l’être humain qui essaye d’étudier son propre esprit. Même si n’importe quel film est en soi une tentative d’analyse psychologique, « A Dangerous Method » s’articule autour de deux personnages historiques très délicats en ce sens : Sigmund Freud et Carl Gustav Jung. Ainsi, il est assez téméraire de s’essayer à une analyse métaphysique, c’est-à-dire une analyse de l’analyse de l’esprit. Cependant, malgré son statut peut-être un peu prétentieux, cette opération cinématographique se révèle très intéressante car – par le milieu cinéma – on invite le spectateur à réfléchir sur une idée, celle de l’esprit, qui est centrale dans la diffusion de la culture de masse d’aujourd’hui – et pas seulement.

Le deuxième point qui rend « A Dangerous Method » si complexe, est le statut de son metteur en scène. David Cronenberg est indubitablement un auteur. Il commence par des films de genre « horror-splatter » dans les années 1970, et a depuis lors modelé sa propre dimension de très haut niveau artistique – digne d’un Stanley Kubrick – où l’on enquête sur les bas-fonds de la nature humaine et où l’on rappelle constamment l’ « animalité » de l’être humain. Néanmoins, avec ce dernier long-métrage, il semble que Cronenberg essaye de faire « muer » son style tout en gardant des éléments de ses derniers films. Malgré l’originalité de l’idée, le résultat marche dans une direction opposée. À côté d’un académisme de la mise en scène parfois un peu trop « poussé », l’aspect trop verbal gâche le résultat. En effet, la psychologie des personnages s’enfonce, car ils prennent trop de temps à s’expliquer et se justifier, cela aussi bien dans l’Histoire que dans l’histoire. Justement, les meilleurs passages du film sont – et ne pensez pas ici à une éventuelle maladie mentale obsessive de l’auteur de ce texte – les scènes amoureuses entre Jung et Sabina Spielrein. Elles sont silencieuses et admirablement immobiles, ce qui souligne le côté aseptisé et surtout scientifique avec lequel on aborde le rapport; c’est, selon Freud, l’un des points principaux de focalisation de sa « méthode dangereuse ». C’est donc à cet endroit que l’on peut ressentir la présence du grand Cronenberg. « A Dangerous Method », plus que rappeler les films qui le précèdent, nous reconduit dans le passé, c’est-à-dire dans le premier long-métrage de 1969 « Stereo » à travers lequel le jeune Cronenberg explorait l’esprit, notamment les rapports télépathiques, et la nature des pulsions sexuelles.

À la réalisation de cette dernière pellicule, le cinéaste canadien engage ses collaborateurs habituels. Le grand producteur anglais Jeremy Thomas – ayant déjà produit « Naked Lunch » (1991) et « Crash » (1995) ; sa sœur Denise Cronenberg en tant que costumière ; le monteur canadien Ronald Sanders ; le toujours grand chef-opérateur Peter Suschitzky – qui dans le film déçoit un peu avec la lumière dans le bureau de Jung au Burghölzli, l’hôpital psychiatrique zurichois ; le géant Viggo Mortensen dans le rôle de Freud, accompagné par un Michael Fassbender qui – malgré ses capacités de très grand acteur − joue un Jung en peu plat, et par une Keira Knightley, à la place de Sabina Spielrein, dont le rôle est à la fois remarquablement profond et horriblement discontinu. Tout ça sans oublier un bon Vincent Cassel jouant le rôle d’Otto Gross, un psychanalyste détraqué, tout en rappelant son sublime Kirill de « Eastern Promises » (2007).

Note de bas de page : le scénario a été écrit par un autre grand anglais Christopher Hampton (« Les Liaisons Dangereuses »), tiré de sa pièce « The Talking Cure » (2002) basée sur un bouquin de John Kerr « A Most Dangerous Method » (1992), réédité à l’occasion de la sortie du film.

 

« A Dangerous Method »

de David Cronenberg

avec Viggo Mortensen, Michael Fassbender, Keira Knightley, Vicent Cassel, Sarah Gadon.

Universal Pictures International

Sortie le 21/12/11