Si Aristote était vivant aujourd’hui, il aimerait beaucoup un film comme « Buried » de Rodrigo Cortès, un magnifique exercice de suspense qui respecte rigoureusement les trois principes dramatiques du grand philosophe, à savoir l’unité de lieu, temps et action. Bien sûr, il y a déjà eu des histoires qui s’amusent avec les mêmes notions, comme « La corde » et « Lifeboat » de Hitchcock, « Meurtre en suspens » de John Badham ou, plus récemment, « Phone Game » de Joel Schumacher. Mais aucun de ces films n’arrive à choquer et surprendre comme « Buried », décrit comme un des meilleurs films de l’année lors sa première mondiale au Sundance Festival en janvier.

Ce qui fait la différence dans le film de Cortès, c’est que, en plus de l’unité de lieu, temps et action, on a aussi un seul personnage: Paul Conroy (Ryan Reynolds), un entrepreneur qui se trouve en Iraq et se réveille dans un cercueil. Les seuls instruments à sa disposition sont une lampe de poche, un briquet et un téléphone portable, dont Paul se sert pour appeler les secours et aussi découvrir pourquoi il a été enterré vivant. Et le pire, c’est qu’il ne lui reste que 90 minutes environ d’oxygène…

Ces 90 minutes constituent également la durée du film, et pendant cette heure et demie on ne quitte jamais le cercueil. Le réalisateur se trouve donc face au défi de construire un récit passionnant en se servant des limites d’un motif normalement employé que pour une petite partie de l’histoire (voir ce qu’a fait Tarantino avec « Kill Bill Vol. 2 » ou son double épisode des « Experts »). Et si c’est vrai que le scénario contient des éléments assez prévisibles, notamment le côté politique de l’enlèvement de Paul et l’incompétence des autorités américaines, il est carrément impossible de s’arrêter de regarder;  cela tient de ce que le metteur en scène connait bien son métier (le panoramique à 360 degrés à l’intérieur du cercueil est tout simplement magistral), et parce que Reynolds, qui a vraiment passé les 17 jours de tournage dans le cercueil, incarne parfaitement le désespoir d’un homme condamné sans aucune raison, prouvant qu’il peut être un excellent acteur si les circonstances le demandent.

Pour finir, une petite anecdote: avant une des projections au Sundance, Reynolds a dit au public: « J’espère que vous aimerez ce film autant que j’ai détesté le tourner. » Il est presque impossible de faire autrement.

Buried
De Rodrigo Cortès
Avec Ryan Reynolds
Distribution : Elite
Sortie le 03/11/10