El bulli

El Bulli est un des restaurants les plus connus au monde et est spécialisé dans la cuisine moléculaire. Chaque année, il reçoit plus de deux millions de demandes de réservation, sa capacité étant de 8000 couverts par saison ; il reste ouvert seulement six mois par an. En automne et en hiver, Ferran Adrià, le père de la cuisine moléculaire et son équipe bien rodée s’enferment dans un laboratoire au centre de Barcelone. Là-bas, ils inventent de nouvelles recettes et expérimentent de nouveaux goûts et textures. Ils cherchent à créer quelque chose d’innovateur à l’aide de la chimie pour surprendre les clients de la prochaine saison.

Le documentaire de Gereon Wetzel El Bulli: cooking in progress commence ici. Il nous montre les chefs de El Bulli en train de tester de nouvelles formules, élaborer les ingrédients les plus divers et employer des machines bizarres. Ferran Adrià goûte chaque nouvelle création et, avec son crayon, note de possibles modifications.  Le moment de la dégustation est un fil rouge qui nous accompagne tout au long du film: celui-ci est donc fortement déconseillé avant les repas…

Même si le documentaire montre les chefs au travail, ne vous attendez pas à apprendre quelques astuces de cuisine moléculaire pour surprendre vos amis. Gereon Wetzel a choisit une approche très intimiste pour filmer El Bulli. La caméra n’existe plus pour les protagonistes et se fond dans le décor pour chercher à capturer l’essence qui émane de ce restaurant mythique. Ce choix nous empêche d’envahir l’espace et nous permet de le découvrir: Les ‘’mystères’’ d’El Bulli en sortent encore plus renforcés. Le documentaire réussit par contre à dégager l’atmosphère du restaurant, en filmant attentivement la gestuelle ainsi que la chorégraphie du travail, bien accentuées par des musiques synthétisées.

Mais il n’arrive malheureusement pas à nous expliquer de façon satisfaisante les concepts et la philosophie qui se cachent derrière cette cuisine et le génie du chef Adrià. Les plats auraient pu être cadrés avec plus de relief, grâce à un travail sur la lumière et les couleurs. Une mise en scène plus attentive aurait été davantage capable de renforcer le binôme art et cuisine.

Ferran Adrià dira aux nouveaux chefs le jour de l’ouverture : «  Nous ne cherchons pas forcément le meilleur goût, nous cherchons davantage à créer une émotion ! ». Ce documentaire, bien que digne d’attention, n’arrive pas vraiment à suivre le conseil du chef catalan.

 

Un voyage poétique qui risque de nous ennuyer un peu trop rapidement, surtout si l’on n’aime pas la cuisine.

 

El Bulli: cooking in progress

de:                       Gereon Wetzel

distribution:       Preasenz

Sebastiano