jack-the-giant-slayer-0v

A la mort de son père, Jack, dont l’enfance a été bercée par les légendes du roi Eric, des haricots magiques et du monde des géants, se retrouve seul avec son oncle. Il travaille la terre et vit une existence modeste jusqu’au jour où, après avoir perdu son chariot, il échange son cheval contre des haricots (il est aussi bête que dans le conte). S’en suit une multitude d’aventures…

Les contes de fée semblent avoir la cote à Hollywood ces dernières semaines. En effet, en moins d’un mois, on revisite dans des superproductions deux récits majeurs de la culture enfantine : Hansel et Gretel et Jack et le haricot magique. Il faut néanmoins noter que les studios n’en sont pas à leur coup d’essai ; on peut rappeler Blanche neige, Blanche neige et le chasseur ou encore Le petit chaperon rouge (et je ne parle pas de la série Once upon a time). Cette nouvelle tendance s’éloigne passablement des dessins-animés de Disney de la « grande époque » de par la performance live et la volonté de responsabiliser les héros et gommer toutes leurs aspérités. En effet, dans Hansel et Gretel chasseurs de sorcière et Jack the giant slayer, les personnages enfants dans le conte deviennent adultes dans les films. Afin d’expliquer cela, on peut avancer l’hypothèse du besoin d’avoir un âge mûr pour mener une quête amoureuse hétérosexuelle (prérequis indispensable pour Hollywood). Pour être franc, j’ai la désagréable impression que l’on utilise des récits passionnants qui fourmillent de détails croustillants comme un support pour une banale intrigue hollywoodienne.

jack-the-giant-killer-09

Pour en revenir plus spécifiquement au film qui nous intéresse aujourd’hui,  Jack the giant slayer est également un remake de Jack the giant killer produit en 1962 et dirigé par Nathan Juran. Le film de 2013 est quant à lui réalisé par Bryan Singer dont on a pu admirer le travail dans Usual suspects et la saga X-men.

Avec un budget colossal, Jack the giant slayer regroupe également un casting impressionnant avec une grande majorité d’Anglais, comme par exemple Nicolas Hoult qui joue le personnage principal. Ce jeune acteur a débuté dans l’incontournable série Skins puis est apparu dans A single man avant d’exploser dans le très réussi warm bodies de Jonathan Levine (critique sur notre site). Cependant, on doit admettre que dans le rôle du paysan benêt il ne convainc pas vraiment, tant par son physique de crevette, que par son hygiène et son brushing irréprochables. Dans le rôle féminin, on retrouve Eleanor Tomlinson, que l’on avait pu apprécier (ou non) dans un second rôle dans le Alice au pays des merveilles de Tim Burton. Malheureusement, malgré la présence d’un acteur de la trempe d’Ewan McGregor, on voit ce casting de rêve patiner sur une intrigue banale et sans relief.

Jack-The-Giant-Slayer

La 3D n’apporte pas grand chose à l’exception de certaines scènes conçues spécialement pour produire un effet maximale (le haricot jeté dans la bouche du géant est simplement magnifique). Au contraire, les effets spéciaux sont très réussis ainsi que les costumes. Une mention toute particulière doit être apportée aux géants dont l’animation grâce à la motion capture est sublime. On apprécie également l’idée de prêter un accent irlandais à leur chef à deux têtes.

Le film a librement puisé dans l’imaginaire fantastique comme par exemple dans le seigneur des anneaux avec l’apparition du titre suivi d’une musique presque similaire au thème du film de Peter Jackson ou encore la fuite des cavaliers poursuivis par des géants, qui rappellent avec force la bataille des chevaliers du Rohan contre les haradrims (le peuple montant les fameux oliphants). On remarque également des plans de la cité vu du ciel qui plagient directement le générique de Game of Thrones.

En bref, Jack the giant slayer divertit sans pour autant laisser un souvenir impérissable. Ceux qui aiment les effets spéciaux et ne pas se prendre la tête, n’hésitez pas ; pour ceux dont l’histoire importe quelque peu, passez votre chemin.

jack-image

Réalisateur : Bryan Singer

Acteurs : Nicolas Hoult, Eleanor Tomlinson, Ewan McGregor, etc…

Sortie en salle : 27 mars 2013

Distributeur : Warner Bros