« Jagten », l’histoire dérangeante de Lucas, qui, après un divorce difficile, trouve un nouveau travail dans une école maternelle. Cette nouvelle vie est néanmoins sérieusement perturbée à cause d’un mensonge d’une petite fille à l’imagination un peu trop marquée.

« Jagten », la « chasse » justement, discute de la nature. La nature paradoxale de ce mal, élément central de la quotidienneté de l’homme contemporain issu d’une société moyen-bourgeoise. Ce n’est pas le mal jailli de la violence, c’est le mal du mépris, de la méfiance et, surtout, du mensonge d’une société qui se voit toujours prête à vendre du moralisme à ceux qui ne l’ont pas. Le réalisateur Thomas Vinterberg connaît bien ce discours qu’il avait si bien analysé dans son fameux « Festen » (1998). À présent, à notre avis, il s’agit néanmoins d’un discours unilatérale, presque violent et peut-être lui-même un petit peu moralisateur.

C’est donc bien en ce moment que l’écriture et la mise en scène de Vinterberg balancent le contenu en devenant intéressantes et profondes. Est-ce que ceci est vraiment mal ? Une scène apparemment si peu remarquable devient significative, comme celle où Theo – père de la fille se déclarant violée par Lucas et meilleur ami de Lucas – ivre fait retour chez lui et embrasse sa femme en répétant l’amour qu’il éprouve pour elle alors qu’elle bascule, dévoilant une certaine hésitation à cet égard. S’inscrivant dans le reste du film bien sûr, c’est bien un moment clef. En effet, dès que Lucas a été identifié comme le monstre, personne ne bascule plus, l’objectif est clair : protéger les enfants. Ainsi, une fière communauté s’émancipe.

Donc, est-ce que, au final, ces mensonges, moralismes, en gros ce « mal » constitue le seul remède pour l’homme contemporain afin de vivre en société sans basculer devant les sombres circonstances de notre époque ?

Mads Mikkelsen, primé à Cannes, est effectivement magistral.

 

« Jagten » (La Chasse)

de Thomas Vinterberg

avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Susse Wold, Lasse Fogelstrom.

Frenetic Films

Sortie le 14/11/12