Equestro-Jappeloup-film-affiche

Pierre Durand (Guillaume Canet) est un cavalier depuis sa plus tendre enfance. Encouragé par sa famille et spécialement par son père (Daniel Auteuil), propriétaire d’une écurie, il remporte des succès régionaux. Après une période de doute où il abandonne l’équitation pour le droit, Pierre retrouve goût à ce sport grâce à sa nouvelle compagne (Marina Hands) et son nouveau cheval petit et fougueux : Jappeloup.

Jappeloup s’inspire du livre Crin noir de Karine Devilder qui retrace les « vraies » aventures sentimentales et olympiques du cavalier Pierre Durand.

Cet Invictus à la mode chevaline met en lumière un certain talent au réalisateur Christian Duguay pour capter les chevaux lors des courses d’obstacles, mais aussi certains moments d’intimité entre le cavalier et sa monture. Cela n’est pas autrement surprenant quand l’on sait que le réalisateur à lui-même  fait de la compétition hippique avec l’équipe nationale du Canada. Les deux principaux comédiens (Guillaume Canet et Marina Hands) possèdent également une expérience personnelle de l’équitation qu’ils peuvent ici mettre pleinement à profit. Cependant, leurs interprétations ne convainquent que peu et ne m’ont à aucun moment enthousiasmé. Au contraire de la performance de Daniel Auteuil dont le rôle du père compréhensif touche par sa grande justesse et sa grande humanité.

jappeloupok

En outre, on peut regretter que Guillaume Canet (scénariste et dialoguiste sur ce film) semble plaquer sa propre histoire sur celle de Pierre Durand afin de combler ses propres frustrations. En effet, Canet abandonne sa carrière hippique pour devenir comédien, tout comme Durand (à l’exception que Durand devient avocat). Ces similitudes ont semble-t-il justifiés aux yeux de Guillaume Canet l’effacement partiel du caractère de Pierre Durand qui, lors d’une interview donnée au Figaro, admet ne pas  se reconnaître dans le personnage. Rappelons également que Marina Hands avait déjà joué dans un film centré sur le dressage des chevaux: le très mauvais Sport de filles de Patricia Mazuy.

Dans ce grand projet français dont le budget avoisine les 26 millions d’euros, tous les procédés filmiques afin d’augmenter la tension du spectateur sont utilisés : ralentis, musique épique, silences soudains et gros plans. Cela tend habituellement à augmenter le rythme et immerger pleinement le spectateur dans le monde du film. Mais dans le cas présent, l’excès de tels dispositifs nous asphyxie, s’il ne nous ennuie pas. A vouloir tout faire comme les grosses productions américaines, le film français perd de sa force dramatique et de son authenticité, car admettons-le, Jappeloup n’est qu’un vulgaire biopic à grand spectacle destiné à flatter le chauvinisme franco-français.

Pour résumer, le film, malgré quelques moments sympathiques, drôles ou émouvants, dégouline de bons sentiments que même les meilleurs effets spéciaux ne nous feront pas oublier.

guillaume-canet-qui-incarne-pierre-durand-est-aussi-le_1083741_460x306

Réalisateur : Christian Duguay

Acteurs : Guillaume Canet, Marina Hands, Daniel Auteuil, etc…

Sortie en salle : 13 mars 2013

Distributeur : Pathé distribution