BAD FILM Shion Sono
BAD FILM  

BAD FILM – Shion Sono

Film d’ouverture du LUFF à la salle Paderewski.

En 1995 Shion Sono est à la tête d’un collectif d’Art nommée Tokyo Gaga. La rage au ventre cette meute de 2’000 individus explose dans les rues de Tokyo en toutes sortes de manifestations symboliquement violentes. Dans le pays de la rigueur et de la maîtrise de soi, ils cherchent à choquer de manière vulgaire et grossière une population trop engoncée dans ses principes xénophobes et racistes. Défilé hurlant, banderoles à la main, propos rascistes hurlés au haut parleur sur la place publique, les punks de Tokyo Gaga cherchent à ébranler les consciences au mépris des arrestations policières.

Au coeur de ce maelström revendicateur, Shion Sono et ses acolytes néophytes des techniques cinématographiques, caméras bon marché à la main s’inventent des personnages bluffant de réalisme pour descendre dans la rue. Le film mêlera ainsi les manifestations publiques à la trame principale de son film.

Ils filment sur le vif et à l’instinct ou construisent de vrais dialogues réflexifs. Changent plusieurs fois de format vidéos et alternent entre éclairages maitrisé et scènes de jours en mode guérilla. Le résultat est puissant et jouissif. Il mêle intrigue shakespearienne, critique engagée, comique burlesque et absurde. Des 150 heures de rush Shion Sono ne gardera que 160 minutes. Le film, faute d’argent en post-production, ne sera fini qu’en 2012. Probablement grâce au succès de son Film Suicide club qui l’a fait sortir de l’ombre. Ce film à l’ambition grandiose digne d’une grosse production américaine nous semble particulièrement réaliste, comme si tout un chacun fut équipé d’une caméra pour filmer ces événements. On notera entre autres quelques scènes incroyables comme la séance de claque générale qu’un des boss de gangs particulièrement furieux inflige dans le silence le plus complet à ses soixante acolyte. Ou encore les scènes de rues ou l’action implantée au milieu de la circulation de Tokyo est interrompue par la réelle intervention de la police et repris quelques scènes plus tard par des policiers acteurs au service du film.