Le film Omar s’inscrit dans un contexte politique particulièrement tendu. Il traite en effet des groupuscules terroristes palestiniens, mais en s’abstenant bien de porter un quelconque jugement. Il s’agit du deuxième film de réalisateur Hany Abu-Assad, qui s’était fait remarquer avec Paradise now dont la nomination à l’oscar du meilleur film étranger l’avait propulsé sur le devant de la scène. Cette notoriété subite lui a d’ailleurs permis de tourner un peu partout en Palestine en accord avec le gouvernement. Cependant, certaines scènes usent de l’artifice comme celle du mur de protection que le jeune héros escalade tous les jours pour rendre visite à la fille de ses rêves. En effet, les autorités ont refusé que les acteurs puissent monter plus haut que quelques mètres ce qui a obligé les décorateurs à fabriquer un faux mur.

omar2

Omar est un film d’une rare puissance, tant par la justesse de son ton, que par le jeu absolument parfait des acteurs. Hany Abu-Assad n’a engagé que des néophytes n’ayant jamais joué dans un film, à l’exception de Jaleed Zuaiter que l’on a déjà pu apprécier en tortionnaire dans la série Homeland. Tous les personnages dégagent une telle impression d’impuissance, que cela finit inévitablement à déteindre sur nous. On est aussi déboussolé que le jeune héros broyé par un système implacable. Omar est un film dur et magnifique à la fois, qui a su convaincre le jury de la compétition « un certain regard » du festival de Cannes. A bien des points de vue, le film rappelle Un prophète de Jacques Audiard. Tout d’abord par la sordide réalité à laquelle les héros sont confrontés, ensuite, par l’apprentissage difficile dont les protagonistes sortent plus forts, mais définitivement meurtris.

omar3

Au travers de l’action d’une cellule terroriste, le réalisateur nous fait découvrir les non-dits d’une société en crise, engluée dans une guerre contre « l’occupant », qui se révèle n’être que le reflet de sa propre violence. Des  personnages presque raciniens transposés dans le conflit israëlo-palestinien, il fallait un talent infini pour y parvenir. Abu-Assad l’a fait! Un film formidable, génial et dramatiquement réaliste.

Réalisateur : Hany Abu-Assad

Acteurs : Adam Bakri, Waleed Zuaiter, Leem Lubany, etc…

Sortie en salle : 16 octobre 2013

Distributeur : Pretty Pictures