Deux hommes se rencontrent. Pour parler de politique, et de la vie. Ils parlent des changements qu’ils pourraient apporter dans le gouvernement, avec un ton à la fois sérieux et ironique. Car il ne s’agit pas de deux vrais politiciens. Non, c’est un jeu mis en scène, lors d’une série de rencontres, par le cinéaste Alain Cavalier et l’acteur Vincent Lindon, deux bons amis qui aiment s’amuser de manière originale de temps en temps. Mais est-ce que c’est vraiment que de la fiction?

Très attendu au dernier Festival de Cannes, où il a été présenté en compétition, « Pater » est, comme tous les films de Cavalier, marqué par une rigueur formelle qu’on pourrait, à des moments, prendre pour de la froideur (ce qui n’est pas le cas, comme l’a prouvé le très beau « Thérèse » en 1986). C’est une réflexion, toujours actuelle, sur la politique, l’amitié et l’art, un jeu de méta-fiction qui est mené avec élan par Lindon et Cavalier lui-même, qui se révèle très doué devant la caméra ainsi que derrière. Cela dit, il faut avouer que ce jeu, aussi intéressant qu’il soit, devient un peu vexant vers la fin, peut-être parce qu’il n’y a pas assez de matériel pour 105 minutes de film. S’ils avaient coupé une demi-heure, le résultat aurait été plus passionnant.

Pater

De Alain Cavalier

Avec Vincent Lindon, Alain Cavalier

Distribution: Pathé

Sortie le 22/06/11