Il était une fois le western, genre typiquement hollywoodien, désormais réduit à quelques sorties – mais de grande qualité, comme le tout récent « True Grit » des frères Coen – par année. N’empêche que certains cinéastes refusent de croire à la mort définitive du mythe de la frontière et de l’Ouest, ce qui les mène à chercher des méthodes alternatives pour le faire (re)connaître aux nouvelles générations. Dans ce sens-là, le choix du réalisateur Gore Verbinski (« Pirates des Caraïbes ») et du studio Paramount est particulièrement courageux: rendre hommage au meilleur du western à travers un produit qui est normalement prévu pour un public plus jeune, à savoir le dessin animé. Bien sûr, « Rango » n’est pas du tout un cartoon normal, à commencer par le fait que son spectateur idéal n’est pas du tout un enfant de sept ans – on se trouve face à un film intelligent, ironique et très, très drôle, qui tient compte des facultés mentales de son public et offre plusieurs choses à discuter et à admirer.

Le héros de cette étrange histoire, le Rango du titre, est un lézard qui rêve de devenir un grand acteur. Suite à une série d’événements bizarres et dangereux, il se retrouve dans une ville nommée Dirt (« poussière »), un symbole d’une autre époque qui est en train de disparaître. Les habitants sont tourmentés par une absence d’eau et la menace d’un bandit, le redoutable Crotale Jake. Fort de ses expériences de vie, Rango s’improvise shérif et devient le nouveau héros de la ville. Évidemment, ce n’est que le début…

Écrit avec beaucoup d’amour pour le genre par John Logan (« Gladiator »), ce film au rythme constant et bourré de gags est à la fois un hommage au western, classique et spaghetti, ainsi qu’une brillante analyse de ses principes de base et de ses personnages iconiques (une scène en particulier évoque le « Man With No Name » joué par Clint Eastwood dans la trilogie de Sergio Leone). Il faudra peut-être le voir au moins deux fois pour saisir toutes les subtilités du script, mais ça en vaut la peine puisque Verbinski, parfaitement à l’aise dans le domaine de l’animation en images de synthèse (mais sans la 3D, heureusement), ne laisse jamais tomber l’aspect du divertissement pur, garanti notamment par un groupe d’acteurs – dans la version anglaise, naturellement – qui prêtent leurs voix aux personnages avec passion et énergie comique. Juste pour faire un exemple, c’est un certain Johnny Depp qui joue Rango, et ce n’est qu’une des raisons qui poussent déjà maintenant à nommer ce film un des meilleurs de l’année. Pas mal, hein?

Rango

De Gore Verbinski

Avec Johnny Depp, Isla Fisher, Bill Nighy, Timothy Olyphant, Alfred Molina, Ned Beatty

Distribution: Universal

Sortie le 02/03/11