Michel Gondry qui fait un film de super-héros, ça avait toujours l’air d’une bonne idée, si on pense à son style visuel et son habitude d’obtenir des effets spéciaux époustouflants sans l’aide des images de synthèse. Et le fait que « The Green Hornet » soit tiré d’une série télévisée des années 60 le rend parfait pour le côté nostalgique du réalisateur (voir « Soyez sympas, rembobinez »), ainsi que son sens de l’humour (on parle de l’époque du « Batman » avec Adam West).

Hélas, le coup n’a pas tellement marché. Peut-être parce que Gondry a dû faire des compromis avec le studio (l’inclusion d’effets 3D inutiles, par exemple). Ou peut-être parce que sa vision devait s’accorder avec celle de Seth Rogen, qui a écrit le scénario et joue aussi le rôle principal de Britt Reid, rédacteur-en-chef d’un grand quotidien qui devient justicier pour prouver qu’il n’est pas une ordure totale, en insistant sur sa personnalité de fainéant qui finit par ennuyer. Peut-être parce que Cameron Diaz n’a rien à faire sauf être sexy.

Cela dit, certaines choses marchent: le début du film est un chef-d’œuvre du point de vue de la comédie, et les scènes d’action sont filmées avec beaucoup de panache, grâce aussi à l’acteur Jay Chou qui, incarnant Kato, réussit à ne pas nous faire regretter Bruce Lee. Mais quand quelqu’un comme Christoph Waltz, dont la présence est bizarrement symbolique (Tarantino a cité la musique de la série TV dans « Kill Bill Vol. 1 »), joue avec le pilote automatique, ça veut quand même dire que quelque chose ne marche pas comme prévu. Dommage.

The Green Hornet

De Michel Gondry

Avec Seth Rogen, Jay Chou, Cameron Diaz, Christoph Waltz, Tom Wilkinson

Distribution: Disney

Sortie le 12/01/11