Ce serait facile de se moquer de cette ressortie de « Titanic », qui a l’air de pure opération commerciale pour exploiter le centenaire du naufrage (le 15 avril 1912), comme l’indiquerait aussi la conversion en 3D (qui comporte un tarif plus élevé pour les billets). En plus, le film de James Cameron est devenu la cible de plusieurs plaisanteries depuis sa première sortie dans les salles, en raison de son succès commercial sans précédent (même si « Avatar » l’a battu il y a deux ans), les propos du réalisateur qui, en acceptant l’Oscar pour la mise en scène, se déclara « King of the world » ou encore son côté ouvertement (et pour certains gratuitement) sentimental, notamment en ce qui concerne la musique (et là il faut mentionner l’épisode de « Supernatural » dans lequel un ange rebelle empêche le naufrage du Titanic juste parce qu’il n’ aime pas la chanson de Céline Dion qui accompagne le générique de fin).

Oui, ce serait facile. Et complètement ridicule. Parce que la vérité, c’est que « Titanic » reste, après quinze ans, une merveille technique et un grand exemple de cinéma, qu’il faut obligatoirement voir sur grand écran. C’est la seule manière de pouvoir vraiment apprécier et comprendre l’ambition et la passion personnelle du cinéaste (ce sont des vraies images de l’épave, qu’il a tournées lui-même, qu’on voit dans le film), qui affiche sa vision du Septième Art avec élégance, tout en poursuivant une poétique paradoxale (l’homme anéanti par la technologie, dont Cameron se sert pour accomplir ses rêves). Et l’utilisation de la 3D est époustouflante: le résultat de 60 semaines de travail et une dépense de 18 millions de dollars, elle enrichit ultérieurement l’expérience, surtout pendant la dernière heure du film, consacrée au destin tragique du navire.

Côté récit et personnages, le grand écran contribue aussi à une plus grande participation émotionnelle du spectateur lorsqu’il regarde ce que Cameron à défini comme « Roméo et Juliette sur le Titanic ». Et même si Leonardo DiCaprio continue à avoir l’air d’un gamin de 13-14 ans (bien qu’il en avait 21 pendant le tournage), sa relation fictive avec Kate Winslet (toujours aussi belle et charmante) mérite d’être considérée comme une des plus belles histoires d’amour du vingtième siècle. Et pour ceux qui se plaignent du « sentimentalisme » de Cameron, on leur propose de revoir la fin de « Terminator 2″…

En gros: que ce soit la première fois ou la quinzième, « Titanic » au cinéma est un rendez-vous incontournable. N’oubliez juste pas les mouchoirs (et les lunettes 3D)…

Titanic 3D

De James Cameron

Avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet, Billy Zane, Kathy Bates, David Warner, Victor Garber

Distribution: Fox

Sortie le 04/04/12